Back to Top
frendeites

Edito - Juillet 2021

JDPP 02 07 18 2 Recadre 4bb8b

L'été peut être chaud !

Par Jacques DE PANISSE

Président du Directoire, Gérant et Associé

Toutes les planètes sont alignées, les marchés financiers devraient continuer de progresser. Près de la moitié de la population occidentale sera bientôt vaccinée. Les économies se reprennent significativement, avec des taux de croissance révisés à la hausse. Les résultats des entreprises réservent de bonnes surprises, le montant total des profits européens de 2021 devrait être légèrement supérieur à celui de 2019, effaçant ainsi en un an l’effondrement de 2020. Les banques centrales gardent en perspective le niveau accru de l’endettement des Etats et s’efforcent de maintenir les taux aussi bas que possible, aussi longtemps que possible.

Edito - Mai 2021

JDPP 02 07 18 2 Recadre 4bb8b

Grand virage devant ?

Par Jacques DE PANISSE

Président du Directoire, Gérant et Associé

« Le marché a toujours raison » est l’adage premier du gérant. Les intuitions brillantes, les convictions fondées, les raisonnements talentueux doivent s’effacer devant le Maître des Faits. Une partie de l’art de prévoir d’un bon gérant, façonné par l’absence de certitudes, repose sur sa capacité à observer le marché pour comprendre ce qu’il tente d’exprimer.

Depuis quelques semaines, les résultats exceptionnels publiés, par plusieurs géants de la technologie notamment, entraînent au mieux une appréciation relativement modeste des cours. Cet écho trop faible révèle une forme de saturation du marché, gavé de bonnes nouvelles depuis de nombreux mois (90% des valeurs ont un momentum haussier sur les grands indices américains).

Edito - Avril 2021

JDPP 02 07 18 2 Recadre 4bb8b

Tant que ça dure !

Par Jacques DE PANISSE

Président du Directoire, Gérant et Associé

Après être sortie de la crise sanitaire bien avant les autres pays, la Chine a choisi de tempérer un peu l’emballement du grand réveil après les mois de sévères restrictions. Soucieuse de faire de sa devise la référence de la sphère asiatique, dans un premier temps, elle doit maintenir des rendements souverains attractifs, pratiquer une politique monétaire qui rassure et afficher un bilan de banque centrale contrôlé. La Chine veut montrer sa volonté de maîtriser les risques de dérives, dans tous les domaines.

Edito - Mars 2021

JDPP 02 07 18 2 Recadre 4bb8b

Retour de l’inflation ?

Par Jacques DE PANISSE

Président du Directoire, Gérant et Associé

Entre le 10 et le 25 février, les taux à 10 ans américains ont augmenté de 33%, passant de 1,13% à 1,53%. Ce redressement continu qui s’accélère inquiète les intervenants. En théorie, les taux longs reflètent les anticipations d’inflation.
Or le prix de nombreuses matières premières augmente. Aux Etats-Unis, le baril frôlait 35 USD début novembre, il dépasse 63 USD le 25 février.

Edito - Février 2021

JDPP 02 07 18 2 Recadre 4bb8b

Le temps de l'allégresse.

Par Jacques DE PANISSE

Président du Directoire, Gérant et Associé

Portés par des résultats du 4ème trimestre supérieurs aux anticipations des analystes, les marchés financiers poursuivent leur tendance haussière.

Cette crise, darwinienne, accélère et accroit la sélection.

Les écarts de performance se creusent entre les différentes zones géographiques et les différents secteurs ; certains sortiront fortifiés de l’épisode Covid, d’autres fragilisés, d’autres enfin, exsangues.

Edito - Janvier 2021

JDPP 02 07 18 2 Recadre 4bb8b

Perte de repères

Par Jacques DE PANISSE

Président du Directoire, Gérant et Associé

2021 débute et le virus est toujours actif. Malgré les bénéfices qu’on peut raisonnablement attendre d’une courbe d’expérience acquise à l’échelle de la planète, sur une durée d’un an, une troisième phase de contamination s’empare de nombreux pays et révèle notre grande difficulté à maîtriser une situation sanitaire qui demeure imprévisible.

Depuis plusieurs années les banques centrales ont opté pour une fuite en avant inévitable. La Corona virus disease, la Covid, les a conduites à poursuivre les achats massifs de dettes d’Etat afin de faire baisser le taux des emprunts.

Edito - Décembre 2020

JDPP 02 07 18 2 Recadre 4bb8b

Les liquidités font des miracles !

Par Jacques DE PANISSE

Président du Directoire, Gérant et Associé

Le 9 novembre, alors que l’élection du Président Biden est à peine confirmée, Pfizer et BioNTech annoncent la mise au point d’un vaccin contre la Covid 19 avec une efficacité de 90%. Les marchés financiers accueillent la nouvelle avec enthousiasme et s’emballent.

En France, le CAC 40 progresse de 18% en sept séances.

Edito - Novembre 2020

JDPP 02 07 18 2 Recadre 4bb8b

Cap sur la Chine

Par Jacques DE PANISSE

Président du Directoire, Gérant et Associé

Il faut admettre la réalité comme elle est. Les pays d’Asie du Sud-Est, Chine, Corée du Sud, Taiwan, notamment, ont réussi à réduire l’impact de la Covid lors du développement de l’épidémie. De même, ils sont parvenus, par une gestion très stricte, à identifier puis à isoler les personnes contaminées, évitant ainsi une propagation incontrôlée du virus. Cette relative maîtrise sur le plan sanitaire s’est accompagnée d’une dégradation bien moindre sur le plan économique.

Alors que l’Europe procède à un deuxième confinement et anticipe un quatrième trimestre à nouveau très affaibli, la Chine prévoit une croissance de 5% de son PIB (produit intérieur brut) sur 2020, engrangeant ainsi sur un an seulement, une avance relative proche de 15 points avec l’Europe et de 10 points avec les Etats-Unis.

Edito - Octobre 2020

JDPP 02 07 18 2 Recadre 4bb8b

A la recherche des pépites ...

Par Jacques DE PANISSE

Président du Directoire, Gérant et Associé

En ce début d’automne, les indicateurs économiques sont rassurants mais les perspectives sont assombries par l’évolution imprévisible de l’épidémie.

La Chine semble s’être débarrassée du virus, ce qui devrait lui permettre d’enregistrer les meilleures performances parmi les grands pays. Les services retrouvent un niveau très satisfaisant tandis que la conjoncture manufacturière confirme sa reprise. Une plus grande mobilité domestique, illustrée par un rebond marqué du trafic aérien, contribue à restaurer la confiance et à stimuler la consommation.

Edito - Septembre 2020

JDPP 02 07 18 2 Recadre 4bb8b

Quel avenir pour les actions ?

Par Jacques DE PANISSE

Président du Directoire, Gérant et Associé

Nous nous sommes quittés fin juin. L’été a été relativement calme, nous avons été dispensés de la traditionnelle secousse du mois d’août. En ce début de septembre un bilan intermédiaire s’impose. Sur deux mois, les indices présentent des parcours contrastés. Exprimés en devise locale, le Nasdaq 100 progresse de 17%, le CSI 300 chinois de 16%, le Standard & Poor’s de 13% et le Stoxx Europe 600 de 2%. Cependant, ces performances doivent être tempérées par les variations de change dont le dollar a été la principale victime. En euros, le classement est un peu différent, la Chine arrive en tête avec 12%, les Etats-Unis se contentent de 10% et 6%, l’Europe demeure bien en retrait avec 2%.
Recherchons les raisons qui expliquent de tels écarts. Si l’Europe se contente d’un profil de reprise des chiffres d’affaires et des résultats, projetés à un an, qui demeure quasi plat depuis mi-avril, les entreprises américaines et chinoises affichent un redressement prononcé.

Edito - Juillet 2020

JDPP 02 07 18 2 Recadre 4bb8b

Regardons devant.

Par Jacques DE PANISSE

Président du Directoire, Gérant et Associé

Tous espèrent une reprise en « V » et interprètent le rebond des statistiques post-confinement comme une confirmation de la sortie de crise.

Les chiffres sont là, dans presque tous les pays, ils montrent une forte progression qui nous éloigne des niveaux abyssaux atteints en mars / avril. Naturellement, après une chute brutale, l’inversion de tendance est déjà un soulagement, mais celui-ci se transforme en engouement lorsque le redémarrage s’apparente à un sursaut.

Encore hier, les Etats-Unis ont annoncé que les créations d’emplois salariés avaient atteint 4,8 millions en juin. Et ce matin, ce sont les indices PMI chinois Caixin qui surprennent favorablement. L’observateur attentif se plaît à mesurer le chemin parcouru depuis les plus bas puis, porté par son enthousiasme, prolonge le trait.

Edito - Juin 2020

JDPP 02 07 18 2 Recadre 4bb8b

Qu’est ce qui fait monter les marchés ?

Par Jacques de Panisse Passis

Président du Directoire, Gérant et Associé

Le déconfinement progressif en Europe, aux Etats-Unis et en Asie apporte enfin un certain bien-être. Le pire est passé, devant nous se profilent les perspectives d’une reprise soutenue. Bien sûr, il faudra bien un jour comptabiliser les coûts d’un arrêt brutal de nos économies, mais pour l’instant l‘enthousiasme est de rigueur.

Si la liberté de déplacement est une forme de respiration retrouvée, il n’en demeure pas moins que de nombreuses personnes craignent d’être contaminées, malgré l’application des mesures de précaution, du fait de situations de promiscuité inévitables dans les transports publics ou sur leur lieu de travail.

Edito - Mai 2020

JDPP 02 07 18 2 Recadre 4bb8b

Des marchés qui montent !

Par Jacques de Panisse Passis

Président du Directoire, Gérant et Associé

Alors que le déconfinement se met progressivement en place dans un nombre croissant de pays, certains craignent une nouvelle vague de contamination, estimant que le virus présente une « agressivité » constante, d’autres pensent au contraire que l’acharnement du Covid-19 va s’atténuer, puis cesser. En un mot le virus pourrait avoir disparu dans quelques mois. Personne n’est en mesure de prouver le scénario qu’il envisage et dès lors, tous demeurent dans l’incertitude.

Etonnant cet infiniment petit, pas tout à fait vivant, qui paralyse l’espèce dominante sur la planète bleue.

Les démocraties occidentales ont choisi, dans leur grande majorité, d’arrêter leur économie pour sauver des vies. Il est certain que les politiques ont dû prendre leur décision en tenant compte du degré d’impréparation observé et des comportements habituels de leurs populations. Certains pays, cependant, comme la Suède et les Pays-Bas ont préféré ne pas appliquer le confinement strict. Ils présentent à début mai un ratio, constitué du nombre de décès liés au Covid-19 rapporté à la population totale, de 0,027% et 0,030%.