logo esteval 9512a

boulier 99499Par Jacques de Panisse Passis - Article paru le 11 mars 2019

Article repris par Esteval.fr (site d'info de la communauté financière) et son rédacteur en chef, Thierry Bisaga

 « Le marché a toujours raison. » Telle est la devise des gérants qui tentent de prévoir mais doivent, finalement, se soumettre à la réalité du marché. Le marché est composé d’une multitude d’intervenants. La moyenne de leurs décisions imprime une tendance qui se révèle presque toujours pertinente. Le marché parvient à anticiper un ralentissement, une fin de cycle, une reprise avec plusieurs mois d’avance… Et il se trompe rarement. Pourquoi ?

Prendre du recul pour ne retenir que la finalité

Un bon sens partagé ? Prenons l’exemple du Brexit. L’analyse de tous les paramètres en présence conduit rationnellement à une convergence impossible entre le Royaume-Uni et l’Europe. Pourtant, le marché semble très complaisant à l’égard du Brexit dont l’échéance est imminente. A observer la montée continuelle des indices depuis le 1er janvier, cette perspective ne le perturbe guère. Le marché prend du recul sur les événements, il ne se préoccupe pas de l’itinéraire emprunté. Avec un pragmatisme indécent, il se focalise sur une seule certitude : ni le Royaume-Uni, ni l’Europe n’ont intérêt à un Brexit dur.

Lire la suite...

logo cf e1f59

JDPP Laurence de Terline carre 93edePar Jacques de Panisse Passis - Article paru le 7 mars 2019

Asset Management - Sur les marchés, la moyenne des décisions des gérants dessine les grandes tendances. Faible croissance, taux bas et rentabilité dérisoire des obligations nourrissent l'optimisme actuel des investisseurs. Peut-on pour autant se fier au « bon sens » des marchés actions ? Jacques de Panisse Passis, Président du Directoire, Gérant et Associé d'Optigestion, partage son analyse.

 « Le marché a toujours raison. » Telle est la devise des gérants qui tentent de prévoir mais doivent, finalement, se soumettre à la réalité du marché. Le marché est composé d’une multitude d’intervenants. La moyenne de leurs décisions imprime une tendance qui se révèle presque toujours pertinente. Le marché parvient à anticiper un ralentissement, une fin de cycle, une reprise avec plusieurs mois d’avance… Et il se trompe rarement. Pourquoi ?

Prendre du recul pour ne retenir que la finalité

Un bon sens partagé ? Prenons l’exemple du Brexit. L’analyse de tous les paramètres en présence conduit rationnellement à une convergence impossible entre le Royaume-Uni et l’Europe. Pourtant, le marché semble très complaisant à l’égard du Brexit dont l’échéance est imminente. A observer la montée continuelle des indices depuis le 1er janvier, cette perspective ne le perturbe guère. Le marché prend du recul sur les événements, il ne se préoccupe pas de l’itinéraire emprunté. Avec un pragmatisme indécent, il se focalise sur une seule certitude : ni le Royaume-Uni, ni l’Europe n’ont intérêt à un Brexit dur.

Lire la suite...

les echos cd140

Placements

Les particuliers sont généralement pris à revers lorsque les tendances de marché s'inversent. Qu'en est-il des professionnels auxquels ils délèguent leur gestion via des fonds flexibles ou des fonds patrimoniaux ?

Les Echos - 23 novembre 2018 - Par Marie-Christine Sonkin

meilleurs fionds lesEchos Optigestion a35fd

Alors que le CAC 40 passait lundi 19 novembreen dessous des 5.000 points et affiche depuis le début de l'année une perte de plus de 7 %, quelles sont les performances des professionnels ? Au vu des résultats de fonds flexibles ou fonds patrimoniaux depuis le début de l'année et même sur cinq ans, le bilan n'est pas très brillant. Un constat douloureux alors que les épargnants, déçus par la médiocre performance de leurs fonds en euros à capital garanti de leurs contrats d'assurance-vie, cherchent des alternatives. Pour 2017, le rendement moyen de ces fonds était de 1,8 %. Une performance assez médiocre, surtout rapportée à l'inflation… Mais dont se contenteraient aujourd'hui nombre de fonds flexibles ou patrimoniaux.

Lire la suite...

boursier c1810

 

Interview

JDPP New Laurence de Terline carre 0e139

Entretien avec Jacques de Panisse Passis, Président du Directoire d'Optigestion

Boursier.com - 25 février 2019 - Propos recueillis par Christophe Voisin

Boursier.com : Quelle est la carte d'identité d'Optigestion ?

J.P-P. : Optigestion compte plus de 30 ans d'expérience avec 3 métiers. Nous intervenons dans la gestion de portefeuilles, la gestion collective et le courtage en assurance-vie. Nous avons des liens privilégiés avec plusieurs partenaires spécialisés dans des thématiques patrimoniales... Optigestion gère environ 350 Millions d'Euros dont 130 Millions d'Euros en gestion collective.

Boursier.com : Qu'est-ce qui vous distingue de vos confrères ?

J.P-P. : Notre métier repose sur la confiance. Chaque gérant d'Optigestion a plus de 20 ans d'expérience. Il est disponible, responsable et totalement transparent dans ses décisions d'investissement. Enfin, les gérants sont associés au capital ce qui conduit à une grande stabilité des effectifs sur la durée. A noter aussi qu'Optigestion n'intervient pas dans l'obligataire...

Lire la suite...