Jacques DE PANIS PASISUne secousse…derrière nous ?

Par Jacques de Panisse Passis

Président du Directoire, Gérant et Associé

Les principaux indices boursiers mondiaux ont perdu 8% à 12% en octobre. A chaque correction, quatre questions resurgissent. Les marchés se redresseront-ils pour rejoindre leurs précédents plus hauts ? La baisse va-t-elle continuer et jusqu’où ? Pour quelles raisons les marchés chutent-ils ainsi ? Pourquoi ne pas avoir pris ses bénéfices avant ?

Entre 2010 et septembre 2018, l’indice large des 600 premières capitalisations européennes, le STOXX Europe 600 dividendes réinvestis, a enregistré 11 baisses de plus de 10%. A chaque fois, l’indice a retrouvé ses précédents sommets. Tout observateur qui prend du recul constate que les grands indices européens ou américains étaient à des plus hauts historiques il y a encore quelques semaines. Ainsi, tôt ou tard, la croissance de l’économie mondiale restitue un nouvel élan haussier aux indices et absorbe les plus grandes corrections.

Lire la suite...

JDPP 02 07 18 2 Recadre 4bb8bLa fête pourrait s’essouffler...

Par Jacques de Panisse Passis

Président du Directoire, Gérant et Associé

Les Etats-Unis impriment leur cadence et imposent leur loi. Si le président Trump peut paraître brutal, égocentrique et souvent primaire, l’économie américaine n’en demeure pas moins la plus florissante de la planète. Et les décisions de Donald Trump sont, pour l’essentiel, à l’origine du bilan actuel.

En novembre 2016, les Etats-Unis paraissaient avoir atteint le sommet de la courbe tandis que l’Europe semblait bien placée pour prendre le relais et la Chine prête à se recentrer sur son marché intérieur.
Deux ans plus tard, le panorama révèle des pays émergents dans une situation souvent difficile, une Chine qui marque le pas, une Europe qui ne parvient pas à relancer sa croissance.

En revanche, les Etats-Unis affichent un PIB réel en hausse de 3%, des marges d’entreprises au plus haut, un chômage au plus bas, une confiance des consommateurs au plus haut … et des marchés financiers qui ne cessent de progresser, alors que le reste du monde enregistre des performances au mieux stables, le plus souvent en baisse.

Lire la suite...

JDPP bureau inversePlusieurs difficultés se dessinent...

Par Jacques de Panisse Passis

Président du Directoire, Gérant et Associé

L'été a été calme. Si aucun accident n'est venu perturber l'allure plutôt bonhomme des principaux marchés financiers, si les crises argentine, vénézuélienne ou turque ont été circonscrites, divers signes permettent cependant de mieux cerner le scénario qui semble se mettre en place.

Avec une croissance de 4,1% au 2ème trimestre, en annualisé, l'économie américaine affiche une vigueur impressionnante que reflètent les performances de Wall Street. Depuis début 2018, le S&P 500 progresse de 8,5% et le Nasdaq de 17,5%, tandis que le dollar se renforce contre toutes les devises. Le chômage demeure au plus bas et les taux longs ne montent pas. Pour l'instant, les Etats-Unis semblent dans une santé florissante et le président Trump devrait gagner les élections de mi-mandat, si l’enquête du procureur spécial, Robert Mueller, ne révèle pas de nouvelles collusions qui le compromettraient ouvertement.

Lire la suite...