Le bitcoin est né en 2009, juste après le déclenchement de la crise financière du siècle, et ce n'est évidemment pas une coïncidence. - DRFinances

Le bitcoin porte des valeurs et une idéologie : la revendication d'une devise pure et apatride, la promotion des libertés individuelles, la défense du marché libre…

Voilà une semaine qu' on ne parle que de ça et pourtant, avouez-le, vous n'avez toujours rien compris au bitcoin. Vous savez que c'est une monnaie virtuelle. Mais quel est l'intérêt d'une monnaie avec laquelle on ne peut quasiment rien payer au quotidien ? Vous savez que c'est un formidable instrument de spéculation. Que si vous aviez eu la bonne idée d'en acheter pour une petite centaine d'euros il y a sept ans, vous seriez aujourd'hui millionnaire. Mais vous savez aussi que la bulle de ce nouvel or numérique ne demande qu'à éclater .

 

Et pourtant, il faut prendre le bitcoin très au sérieux. Notre incrédulité face à ce phénomène est sans doute la même que celle que nous avions devant l'avènement d'Internet, devant les premiers réseaux sociaux ou la création de Wikipedia. Alors oui, le bitcoin est un instrument très difficile à saisir. Oui, il est parfois utilisé pour blanchir l'argent sale ou financer des activités illicites. Oui, l'emballement actuel des marchés est parfaitement irrationnel, et les épargnants qui seraient tentés de prendre le train en marche ont intérêt à apprécier les montagnes russes.

Une communauté porteuse d'un projet politique

 

Mais tous ces éléments ne doivent pas masquer l'essentiel. Au-delà de ses acrobaties boursières, le bitcoin nous raconte une histoire . Il est né en 2009, juste après le déclenchement de la crise financière du siècle, et ce n'est évidemment pas une coïncidence. Il a pris son essor peu après qu'Edward Snowden a révélé comment la NSA organisait une surveillance de masse des citoyens, et ce n'est pas un hasard non plus.

Car le bitcoin rassemble une communauté porteuse d'un projet politique : libérer la monnaie de l'Etat et des banques. Il porte des valeurs et une idéologie : la revendication d'une devise pure et apatride, la promotion des libertés individuelles, la défense du marché libre...

Il n'y a aucun moyen d'éroder sa valeur

Au moment où un certain Satoshi Nakamoto fonde le bitcoin, l'explosion des subprimes et la faillite de Lehman Brothers ont jeté le discrédit sur l'industrie bancaire. Les Etats sont condamnés à venir à la rescousse des établissements en perdition. Les banques centrales font alors tourner la planche à billets. Elles injectent des milliers de milliards de dollars dans l'économie pour éviter un remake de la Grande Dépression.

Avec l'aide des régulateurs se met alors en place une forme de « répression financière » pour contenir le fardeau d'une dette qui n'a cessé de s'envoler, au grand dam des épargnants. Le bitcoin s'inscrit clairement en opposition à ce nouvel ordre monétaire, dans un mouvement de contestation des pouvoirs politiques et bancaires, jugés incapables d'offrir une monnaie de qualité.

Le bitcoin, lui, ne dépend d'aucun Etat, d'aucune banque, ni d'aucune autorité centrale. Il n'y a aucune possibilité d'éroder sa valeur en menant une politique inflationniste ou en faisant tourner la « planche à billets », puisque les règles du jeu ont été fixées dès le départ et sont immuables. C'est un algorithme qui se charge d'organiser toutes les émissions, qui vont aller décroissant jusqu'en 2140. Il n'y aura donc jamais plus de 21 millions de bitcoins en circulation.

La rareté de la monnaie est inscrite dans le « code » qui fait office de règle intangible de politique monétaire. Chaque bitcoin est unique. L'historique de tous ses propriétaires successifs est gardé en mémoire par la fameuse « chaîne de blocs », mais tous les propriétaires restent anonymes.Le rêve d'Ayn Rand qui devient réalité

Une monnaie qui peut s'échanger librement partout dans le monde, qui ne laisse pas de traces, qui ne réclame aucuns frais de transactions bancaires... C'est la pierre de touche d'un système où les individus sont enfin affranchis de tout arbitraire politique. Le moyen de se libérer de l'emprise  de l'Etat et du contrôle que celui-ci exerce sur les informations relevant de la sphère privée. Le rêve de la philosophe Ayn Rand et des libertariens qui devient réalité .« Les préoccupations ne sont pas seulement d'ordre technique (sécurisation des données par le cryptage), elles sont aussi philosophiques et politiques : il s'agit de réfléchir aux moyens de contourner le monopole acquis par l'Etat pour le contrôle de l'offre de monnaie et de restituer les pleins pouvoirs d'utilisation de celle-ci à la communauté », résument les économistes Odile Lakomski-Laguerre et Ludovic Desmedt dans une étude éclairante (1).

Une forme d'adhésion collective

Mais pour que le système perdure et s'étende, encore faut-il qu'il rencontre une forme d'adhésion collective. Le bitcoin était au départ curiosité de geeks. Puis il a séduit une communauté de libertariens qui honnit toute forme d'intervention de l'Etat ou des régulateurs publics, qui place la liberté individuelle au rang de ses valeurs suprêmes, qui accorde aux machines et aux codes informatiques davantage de légitimité qu'à l'intelligence humaine. Et qui rêve donc de faire des cryptodevises un véritable système financier alternatif. Ses défenseurs les plus enthousiastes le rêvent en secret : le bitcoin annonce un nouvel ordre monétaire et, donc, économique.

Mais il peut aussi être étouffé ou stoppé net. Aux cours actuels, le bitcoin capitalise quelque 160 milliards de dollars. C'est à la fois beaucoup pour une devise si jeune - l'équivalent d'un groupe centenaire comme Coca-Cola. Et une goutte d'eau au regard des 80.000 milliards de liquidités dans le monde. Voilà sans doute pourquoi les Etats, les banquiers centraux ou les régulateurs regardent de haut cet ovni financier.

Quand il prendra encore plus de valeur, quand les particuliers pourront acheter davantage de biens avec leurs bitcoins, autrement dit quand il commencera à menacer leur propre autorité, les gouvernements s'y intéresseront sûrement de plus près. Et chercheront alors des moyens de l'éradiquer, comme Washington cassa un Standard Oil un peu trop puissant à son goût au début du XXe siècle. Le bitcoin a déjà résisté à bien des secousses - krachs à répétition, faillites de plates-formes frauduleuses, vagues de piratage. Pourra-t-il résister au réveil des pouvoirs publics ?

Guillaume Maujean

 (1) « L'alternative monétaire bitcoin : une perspective institutionnaliste » (dans « La Revue de la régulation », automne 2015).