Optigest Patrimoine

au 27 mars 2020

Valeur liquidative63.91 €
Performance 2020-8.40%



  logoquantalys239x54

Optigest Patrimoine en détails

Optigest Europe

au 31 mars 2020

Valeur liquidative116.36 €
Performance 2020-12.52%



  logoquantalys239x54

Optigest Europe en détails

Optigest Monde

au 31 mars 2020

Valeur liquidative229.83 €
Performance 2020-6.81%



  logoquantalys239x54

Optigest Monde en détails

euro tempeteEurope

Le « Frexit » signifierait la fin de la zone euro, voire de l’Union européenne.

Le Figaro - 9 mars 2017 - Par Jean Pierre Robin

Quand les britanniques ont décidé, le 22 juin 2016, de sortir de l’Union européenne, ils n’ont imaginé à aucun moment que celle-ci puisse disparaître. Leur premier ministre, Theresa May, ne cesse au contraire de répéter que « c’est de l’intérêt du Royaume-Uni de voir l’Union européenne réussir son développement ». Intérêt économique d’abord, souligne un diplomate de Sa Gracieuse Majesté, alors que l’Europe est et restera le premier marché des entreprises britanniques.
En revanche qu’adviendrait-il si la France, l’un des six pays signataires du traité de Rome dont on s’apprête à signer le soixantième anniversaire le 25 mars prochain dans la Ville éternelle, venait à faire bande à part ? « Marine Le Pen veut tuer l’Europe ! », affirmait tout récemment dans une tribune du Monde Pierre Moscovici. Pourtant le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires ne précise nullement quel pourrait être alors concrètement le destin de la zone euro et de l’Union européenne.


C’est également le travers de toutes les analyses comptables, sans exception, que de considérer que le « Frexit » interviendrait dans un univers figé. L’Institut Montaigne par exemple décline toutes les conséquences pour la France : dévaluation du « nouveau franc » (de 15 %), envolée des taux d’intérêt, renchérissement de la dette publique. Autant de désagréments se traduisant, selon ces experts, par un recul de 2,3 % à 3,2 % du PIB français la première année, et une chute de 4 % à 13 % de ce même PIB « à long terme ». L’appauvrissement est considérable. De même François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, met en garde contre un surcoût « de plus de 30 milliards d’euros par an » de la dette publique (1,5 % du PIB annuel). Mais aucun de ces analystes n’imagine l’avenir de l’Europe, et ils ont grand tort.

« Calculs d’épicier »

« Loin d’être une simple décision de plomberie, la question du “Frexit” est une question politique majeure aux répercussions mondiales », avertit Laurence Boone dans une analyse (Le Figaro du 7 mars) qu’elle signe en tant que responsable de la recherche chez Axa Investment Managers. Laurence Boone, qui a été l’économiste de l’Élysée de 2014 à 2016, a raison en tout cas de stigmatiser « les calculs d’épicier », alors qu’« une sortie de la France de l’euro entraînerait un délitement de l’Union monétaire dans son ensemble dont les conséquences économiques, financières, sociales sont inestimables, surtout les conséquences politiques en seraient largement aussi importantes que l’ont été les décisions de construire l’Europe depuis les années 1950 ».

Aucune souveraineté nationale, monétaire ou politique, ne s’affirme dans le vide. Theresa May s’est empressée de se rendre à Washington, quelques jours après d’entrée en fonction de Donald Trump le 20 janvier pour renforcer « la relation spéciale » séculaire de son pays avec les États-Unis. Paradoxalement, le premier voyage officiel de « Marine Le Pen présidente » l’amènerait à se rendre à Berlin, comme elle l’a annoncé elle-même à maintes reprises. « Pour y discuter avec Angela Merkel de ce qui peut être fait, avant que le sujet soit débattu avec les 26 autres membres de l’Union européenne (hors Grande-Bretagne) », prévoient les économistes de la banque américaine Citi dans une note sur la présidentielle française. Et ils en esquissent les conséquences très rapides sur les marchés financiers : remontée de l’euro par anticipation d’une pondération plus forte de l’Allemagne après le départ de la France, puis regroupement des monnaies de l’Europe du Nord, et exclusion des autres qui ne peuvent suivre.

Bien loin du Front national, certains s’en frottent déjà les mains. Les économistes de l’OFCE Cédric Durand et Sébastien Villemot proposent ainsi « d’abandonner l’euro pour sauver l’Europe ». Ils ne font que reprendre la thèse de Joseph Stiglitz, le prix Nobel d’économie dans un livre publié à l’automne 2016. Sauf que cet éclatement de l’euro interviendrait dans un climat non coopératif sans précédent depuis 1945.

 

La Lettre Optigestion


Si vous souhaitez recevoir notre lettre mensuelle sur l’actualité macroéconomique, notre stratégie d’investissement et l’actualité de nos fonds, merci de vous inscrire ci-dessous



Si vous êtes déjà abonné et ne souhaitez plus recevoir notre lettre mensuelle, merci de vous désinscrire en cliquant ci-dessus après avoir renseigné tous les champs du formulaire.


Voir notre politique de confidentialité

Optigestion dans les médias

optigestion dans presse 266d6

Les Lettres de nos partenaires

Optigestion sur les réseaux sociaux

Suivez nous aussi sur  Facebook c5e6d linkedin 3db83 youtube icone 8916 96 twitter thumb aa470

L'actualité en vidéo

Charles Gave : Retirez votre argent maintenant ! Les assurances vie en euros sont condamnées.

Détails
1 month ago
Dans cette vidéo, Charles Gave vous alerte sur les dangers de laisser votre argent dans des assurances vie en fonds euro (elles le sont TOUTES). Dans le meilleur des cas, vous allez vous appauvrir…( © Photo Sipa)
239 lectures

Thierry Breton : le Grand Rendez-Vous

Détails
2 months ago
Le commissaire européen pour le marché intérieur, Thierry Breton, était l'invité du LeGrandRDV en partenariat avec Europe 1 et Les Echos le 2 février 2020
329 lectures

Faut-il garder son Livret A ?

Détails
3 months ago
Ce matin, Bruno Le Maire a annoncé dans Aujourd'hui en France, Le Parisien, que le Livret A allait rapporter moins à partir du mois prochain. Effectivement, sa rémunération va passer de 0,75 à 0,5 % au 1er février. Pour calculer la rémunération d'un placement, il faut également tenir compte de l'inf...
529 lectures

Les Experts - BFMBusiness - Mardi 24 décembre

Détails
3 months ago
Ce mardi 24 décembre, Emmanuel Grimaud, président de Maximis Retraite, Stéphane Van Huffel, co-fondateur de Net-investissement.fr, et François Ecalle, président de Fipeco, étaient les invités dans l'émission Les Experts présentée par Nicolas Doze. Les Experts est à voir ou écouter du lundi au vendre...
519 lectures

Bernard Arnault : "Nous sommes le premier contributeur de l'impôt sur les sociétés en France et nous en sommes fiers"

Détails
4 months ago
EXCLUSIF En avalant bientôt Tiffany, le géant américain de la joaillerie, LVMH va réaliser sa 67ème acquisition sous la présidence de Bernard Arnault. Et l’homme d’affaires ne compte pas s’arrêter là. "Il faut toujours essayer de progresser. C'est ma devise dans les entreprises et chez LVMH en parti...
711 lectures

Interview de Christine Lagarde

Détails
5 months ago
Christine Lagarde, future présidente de la Banque centrale européenne, était l'invitée d'Apolline de Malherbe, ce mercredi 30 octobre 2019 sur BFMTV.
860 lectures

Prenez contact avec nos gérants

 

Equipe Optigestion

Nous vous proposons, à votre convenance, de rencontrer nos gérants Optigestion pour établir un diagnostic patrimonial, identifier et mettre en œuvre des solutions adaptées à vos attentes. Merci de contacter :

 

Eric Gerard
Membre du Directoire
Gérant Associé
informations@optigestion.com
01 73 11 00 00

 

 

 

Nos Visiteurs

88433
Aujourd'huiAujourd'hui219
HierHier394
Cette semaineCette semaine886
Ce mois-ciCe mois-ci2259
Depuis toujoursDepuis toujours88433

Notre site utilise des cookies (témoins de connexion) à des fins statistiques. Conformément à la Directive Européenne du 12 juillet 2002, vous devez accepter l'utilisation de ces cookies pour poursuivre votre navigation. Pour votre sécurité et respecter votre vie privée, nous ne collectons aucune donnée personnelle vous concernant en utilisant ces cookies. En savoir plus